Surfons sur la vague de rénovation: une obligation climatique et une opportunité de relance

©Photo Unsplash

L’idée de stimuler l’économie par la rénovation énergétique des bâtiments est ancienne. Mais la crise et les récentes annonces de l’Union européenne sont une opportunité unique pour la relance de l’économie de Bruxelles et de la Belgique. 

À Bruxelles, les bâtiments – résidentiels et tertiaires – et leur construction sont les premiers émetteurs de gaz à effet de serre, loin devant la mobilité, la production d’électricité ou l’industrie. L’opportunité est réelle, car nous savons que les économies d’argent et d’énergie permises par une meilleure isolation et le recours à des énergies moins polluantes paient dans le temps bien au-delà des investissements requis pour les mettre en place. L’expérience montre aussi que c’est ce délai dans le temps et le fait que les propriétaires ou locataires des bâtiments ne sont pas tous motivés qui rendent les investissements difficiles. Mais la crise économique et sanitaire en cours, et les récentes annonces de la Commission européenne viennent changer la donne. Saisissons cette opportunité.

Une vague de rénovation

Dans le contexte de crise sanitaire que nous connaissons, la Commission européenne a proposé en octobre d’initier un “vague de rénovation” des bâtiments plus efficients, mais aussi plus esthétiques. Le but: mettre aux meilleures normes énergétiques 35 millions de bâtiments dans les 10 années à venir. Le soutien de l’UE proviendra d’une partie des 672,5 milliards d’euros de son énorme fonds de relance économique lié aux Covid-19. D’autres fonds pourraient venir de revenus issus du marché carbone. Ce soutien aux propriétaires de bâtiments sera conditionné au fait de répondre aux normes prescrites

L’initiative débute dès maintenant avec le financement et le processus législatif. En 2022 seront lancés cinq projets “Bauhaus” dans les États membres de l’UE qui feront appel à un processus participatif de co-création, couvrant des aspects tels que les matériaux de construction naturels, l’efficacité énergétique, la mobilité orientée vers l’avenir ou l’innovation numérique pour rendre les bâtiments plus économes en ressources. Bruxelles est la capitale de l’Europe et le siège des institutions concevant ce nouveau “Green Deal”: soyons l’un des premiers terrains de déploiement de ce programme ambitieux.

Crise sanitaire, crise du bâtiment

Le secteur du bâtiment en Belgique a vu ses activités baisser de 10% en 2020. La rénovation intensive des bâtiments offre des bénéfices immédiats face à la crise économique en termes de création d’emplois locaux. Elle est aussi une opportunité de lutter contre la pauvreté énergétique, et de créer les conditions d’un impact environnemental meilleur pour le secteur de la construction (réversibilité des bâtiments, faible impact carbone, production d’énergies renouvelables) et d’une meilleure qualité de vie pour les habitants (matériaux sains, qualité de l’air et de la lumière, terrasses, équipements mutualisés, sociabilité, biodiversité, domotique, points de recharge pour la mobilité électrique…).

Bruxelles a déjà fait des progrès significatifs ces quinze dernières années en matière de construction durable. Ici comme ailleurs en Europe toutefois, la marge de progression reste considérable. 74% des bâtiments en moyenne dans l’UE sont inefficaces sur le plan énergétique. L’agence indépendante Buildings Performance Institute Europe a calculé qu’investir 1 million d’euros dans ce secteur crée jusqu’à 19 nouveaux emplois, principalement dans les PME. Et augmenter les rénovations au niveau nécessaire pour réduire de 80% le gaspillage d’énergie peut créer 1,3 à 1,4 million d’emplois locaux directs supplémentaires.

Le taux de rénovation dans l’UE se maintient à 1%, dont la part des rénovations énergétiques profondes représente environ 5%. Tandis qu’une rénovation standard permet en général de réaliser des économies d’énergie comprises entre 20% et 30%, une rénovation en profondeur permet de réduire la consommation d’énergie d’un bâtiment de plus de 75%. Pour atteindre la vision 2050, le taux de rénovation doit augmenter à environ 3% tandis que les rénovations en profondeur devraient devenir la norme.

Propositions constructives

Nous sommes prêts à répondre à ce défi. Le City Climate Challenge 303030 de BECI a initié plusieurs projets collaboratifs en matière de rénovation et de remplacement de chaudières en copropriété par exemple. Les entreprises membres de 303030 sont prêtes à participer au renforcement des formations du personnel, à mobiliser leur expertise pour identifier les bâtiments adéquats, contribuer à développer des projets selon les meilleurs standards énergétiques pour des rénovations en profondeur, à concevoir des quartiers “zéro-énergie”, à partager les données collectées, à combiner les solutions physiques et numériques, à faire le pont entre artistes, urbanistes et architectes pour que cette vague de rénovation soit aussi une action d’embellissement, alliant design et durabilité, et à réfléchir à la mise en place d’un plan ambitieux de redéveloppement du résidentiel existant, maillon essentiel dans le cadre de la vision 2050.

Nous sommes prêts également à soutenir les autorités régionales et fédérales pour mettre la rénovation du bâti au centre de leur stratégie de redressement, y compris dans le plan de redressement et de résilience que la Belgique doit présenter à la Commission pour accéder aux fonds dédiés. Nous préconisons que les bâtiments publics (administrations, hôpitaux, écoles…) montrent l’exemple. La Confédération Construction a fait de nombreuses propositions constructives pour alimenter les plans de relance pour les gouvernements fédéral et régionaux. Par ailleurs, elle insiste pour que les trois régions et le gouvernement fédéral s’entendent rapidement pour une contribution belge ambitieuse au “plan pour la reprise et la résilience” lancé au niveau européen. Des interventions gouvernementales régionales et fédérales, sous forme de subsides ou de réductions d’impôts pour stimuler la rénovation et influencer le choix entre démolition, reconstruction et rénovation sont urgentes

Faisons de Bruxelles la capitale européenne de la rénovation énergétique des bâtiments!

Initialement publié dans le journal L’Echo

Auteurs: Stephen Boucher [Dreamocracy], Wim Geuens [VINCI Facilities], David Roulin [Art & Build], Jean-Christophe Vanderhaegen [Confédération Construction Bruxelles Capitale], Olivier Willocx [BECI]